Hello our valued visitor, We present you the best web solutions and high quality graphic designs with a lot of features. just login to your account and enjoy ...

Obtenez des conseils

 

Développer et mettre en œuvre un plan visant à créer des conditions sécuritaires pour un sport peut sembler être une tâche colossale. Afin de vous aider, nous avons réuni des exemples de pratiques et de directives venant d'organisations sportives et d’experts du milieu. Avec autant d’éléments impliqués dans la création d'un plan efficace, ces conseils offrent des informations fondamentales ainsi que des lignes directrices pouvant vous aider à économiser du temps dans l’élaboration de votre stratégie.


  • Les communications électroniques entre athlètes et entraîneurs

    • Établissez une politique concernant les communications électroniques et mobiles qui devra obligatoirement être connue de tous les membres de l’organisation, particulièrement des entraîneurs, des parents et des athlètes.

    • Pour tout athlète de moins de 18 ans, demandez aux parents d’expliquer l'importance qu’il y ait des communications transparentes entre l'athlète, son entraîneur et ses parents.

    • Pour les athlètes âgés de moins de 14 ans, exigez que toutes les communications électroniques et mobiles soient envoyées directement aux parents, puis copiées à l'athlète. Il n'y a rien qu'un entraîneur ou un administrateur ne puissent dire à un athlète qu’un parent ne peut connaître.

    • Lorsqu'un athlète est dans le milieu ou à la fin de l'adolescence (14-18 ans), les entraîneurs, le personnel et les administrateurs peuvent lui envoyer directement des communications électroniques et mobiles, pourvu qu'un parent soit en copie et qu’il ait préalablement accepté à cet arrangement. Cette approche respecte l'indépendance croissante de l'athlète, mais elle maintient aussi un niveau de transparence et prend en considération la responsabilité des participants.

    • Bien que beaucoup de parents utilisent les textos, les études démontrent que la majorité préfère le courrier électronique. Programmez des envois électroniques de groupes afin de communiquer l’information aux parents et faites-en une norme au sein de votre organisation.
    • Les jeunes athlètes préfèrent souvent utiliser les textos. Mettez en place un groupe de texto pour communiquer avec les athlètes et faites-en une norme au sein de votre organisation. Incluez les parents dans tous les groupes de texto ou convertissez-les en courrier électronique pour eux.
    • Si un membre de votre organisation a, par inadvertance, communiqué électroniquement avec un athlète sans inclure un parent, informez les parents concernés de l’erreur et réaffirmez qu’il est important de les inclure dans toutes les communications.
    • N'hésitez pas à vous entretenir avec un parent si des communications électroniques et mobiles rendent un entraîneur mal à l'aise.
    • Si en tant qu'administrateur, vous recevez une communication électronique s’adressant uniquement à vous, et que l'auteur a moins de 18 ans, assurez-vous de copier d’autres adultes dans votre réponse. Même s’il s’agit d’un problème mineur, cette réponse renforcera l'importance de la transparence des communications.
    • Encouragez tous les entraîneurs, les membres du personnel, les bénévoles, les parents et les athlètes à suivre le protocole approuvé concernant les communications électroniques et prenez les mesures nécessaires si certaines personnes agissent en dehors de ce protocole.
  • Les vestiaires et les espaces privés

    • Développez et affichez une politique concernant les vestiaires et les salles d’habillage. Assurez-vous que cette politique sera connue de tous les parents, des athlètes, des entraîneurs, du personnel et des bénévoles.

    • Les téléphones cellulaires sont maintenant des appareils photo qui sont aussi des caméras vidéo. Il est facile de filmer des athlètes en train de se changer. Interdisez l’usage des téléphones dans les vestiaires et les autres lieux privés, cela doit inclure l’envoi de textos. Il est assez facile pour un entraîneur ou un athlète d’utiliser son téléphone avant d'entrer dans le vestiaire ou dans un endroit privé.

    • Dans le vestiaire, aménagez pour les athlètes, un espace commun qui sera distinct de la zone d’habillage. Les téléphones pourront y être utilisés.

    • Si le vestiaire est un endroit partagé (un gymnase municipal…), assurez-vous que les athlètes arriveront prêts pour l’entraînement ou la compétition et qu’ils prendront leur douche à la maison à leur retour.

    • Interdisez aux parents d’entrer dans le vestiaire, à moins que leur enfant ait des besoins particuliers (moins de 8 ans, déficiences physiques ou intellectuelles, etc.). Avisez les parents que les frères, sœurs et amis ne sont pas admis dans le vestiaire.

    • Expliquez aux athlètes ce qu’est un bon comportement dans le vestiaire et encouragez-les à signaler tout agissement inapproprié posé par un autre athlète, un entraîneur ou tout autre membre de l'organisation.

    • Assurez-vous qu’un autre adulte responsable sera présent si un athlète doit se rendre au bureau de l'entraîneur ou à tout autre endroit privé.

    • Assurez-vous que l’utilisation du vestiaire sera prévisible et limitée (avant et après les entraînements) afin d’en faciliter le contrôle. Placez des effectifs en dehors et devant le vestiaire pendant les périodes d’usage intensif afin de préserver les athlètes contre l’intimidation, le harcèlement ou les brimades.

    • Pendant que le vestiaire est ouvert, coordonnez des visites aléatoires qui seront faites par un entraîneur du même sexe. Cela réduira le risque qu’il y ait des individus non autorisés dans les vestiaires.

    Pendant les entraînements, il faut noter combien de temps un athlète disparaît au vestiaire et vérifiez l'état de l’athlète s’il est absent plus de 5 à 10 minutes.
  • Les déplacements locaux

    • Ayez et appliquez une politique concernant les déplacements locaux et partagez-la avec tous les parents, les athlètes, les entraîneurs, les membres du personnel et les bénévoles.

    • Aucun entraîneur, membre du personnel ni bénévole ne devrait transporter les athlètes vers ou au retour d’un entraînement ou d’une compétition sans avoir eu au préalable le consentement des parents.

    • Sensibilisez les parents au fait qu'ils sont responsables des arrangements concernant le transport de leur enfant vers les sites d’entraînement et des compétitions locales à l’aller comme au retour.

    • Les entraîneurs qui sont aussi parents d’un enfant de l'équipe et qui offrent des services de covoiturage doivent agir comme des parents pendant le déplacement et devraient toujours faire monter d'abord leur propre enfant et le faire descendre en dernier.

    • Supervisez les arrangements de covoiturage ou planifiez des arrangements de déplacement afin d’aider les parents à développer leur propre programme. Transmettez-leur les cartes locales, la liste des plateaux d’entraînement et les coordonnées des athlètes.

    • Encouragez les parents à modifier leurs arrangements de covoiturage évitant ainsi qu'un seul adulte ne devienne responsable de tous les déplacements locaux.

    • Organisez un événement social présaison afin que les familles puissent se rencontrer, discuter et déterminer ceux et celles qui demeurent dans les mêmes arrondissements de façon à coordonner une logistique de covoiturage.

    • Veillez à ce que les parents soient munis d’un numéro de téléphone de l'organisation ou du numéro de téléphone cellulaire de l'entraîneur afin d’aviser en cas d'urgence ou de retard.

    • Veillez à ce que l'entraîneur ait les numéros de cellulaire des parents ainsi qu’une liste de contacts en cas d’urgence (annulation de l’entraînement, conditions météorologiques défavorables, problème de matériel, etc.).

    • Lorsque c’est possible, informez les parents et les athlètes au moins deux semaines à l’avance de tout changement de l'horaire d’entraînement afin que ceux-ci puissent, si nécessaire, organiser un transport alternatif.

    • Demandez aux parents d'aviser l'organisation lors de changements de leur propre plan de transport (un enfant qui voyagera avec un coéquipier différent, etc.).
  • Les déplacements avec couchers

    • Ayez et appliquez une politique concernant les couchers à l’extérieur et partagez-la avec tous les parents, les athlètes, les entraîneurs, les membres du personnel et les bénévoles.

    • Exigez que tous les entraîneurs, accompagnateurs, bénévoles et membres du personnel aient reçu une formation sur la prévention des inconduites.

    • Lorsque c’est possible, planifiez les voyages au moins trois semaines à l'avance afin de permettre aux parents de modifier leur horaire de travail de façon à pouvoir, s’ils le souhaitent, y participer.

    • Dressez une liste de personnes formées et expérimentées pour accompagner les athlètes de façon à augmenter les chances d’avoir des voyages sécuritaires.

    • Lors de la réservation de l'hôtel, demandez des blocs de chambres contiguës ainsi qu’un espace où les adultes et les athlètes pourront se rassembler. Demandez également à l’hôtel de bloquer l'accès aux canaux de télévision payants.

    • Identifiez les parents et les athlètes qui sont des voyageurs inexpérimentés et fournissez-leur des renseignements supplémentaires afin de rendre l'expérience agréable et sécuritaire.

    • Pour les équipes dont des athlètes ont fait relativement peu de voyages, assurez-vous que l’entraîneur soit accompagné d’au moins un adulte supplémentaire.

    • Pour les équipes mixtes, les accompagnateurs devraient compter des hommes et des femmes. Assurez-vous toujours qu’au moins un accompagnateur sera de sexe différent de l'entraîneur.

    • Pour les équipes comptant un grand nombre d'athlètes, prévoyez la présence d’au moins un accompagnateur pour chaque tranche de 5 à 8 athlètes et maintenez ce ratio pour les groupes de garçons et de filles.

    • Avec des athlètes de moins de 14 ans, un accompagnateur devrait toujours demeurer avec eux. Les accompagnatrices sont préférables dans cette situation.

    • Avec des athlètes de 14 à 18 ans, les accompagnateurs devraient demeurer dans une pièce voisine. Assurez des regroupements d'au moins trois chambres afin de leur faciliter la tâche.

    • Limitez les visites dans les chambres d'hôtel aux visiteurs du même sexe. Les membres de la famille pourront visiter les athlètes dans les salles communes de l'hôtel.

    • Fixez un couvre-feu et procédez à des vérifications des chambres avec des adultes en paires mixtes.

    • Demandez aux athlètes de porter leurs vêtements d’équipe lors des voyages afin de faciliter le suivi.

    • Planifiez des activités et des sorties divertissantes lors des congés. Placez les athlètes dans des groupes d'au moins trois, non mixtes et du même d'âge, lors des visites de lieux publics (parcs, centre commercial, cinémas, etc.). Chaque athlète doit rester avec les membres de son groupe.

    • Réservez des salles de conférence de l’hôtel pour le visionnement de films, pour les soirs de jeux de société, etc. Vous pouvez aussi utiliser les salles de l'hôtel réservées à cette fin.

    • Planifiez à l'hôtel des petits déjeuners, des repas, des réunions d'équipe, etc., afin de maintenir un niveau prévisible d’interactions entre les athlètes.

    • Encouragez les athlètes voyageant sans leurs parents à communiquer avec leur famille tous les jours.

    • Faites un bilan au retour d’un séjour à l’extérieur de la région avec les athlètes, les entraîneurs et les accompagnateurs afin d'identifier les problèmes rencontrés et d’y apporter toutes les améliorations possibles.
  • Préparer les jeunes athlètes moins expérimentés à faire des voyages sécuritaires

    • Afin de développer leur autonomie, n’acceptez aucun parent dans le vestiaire pour les enfants de 8 ans et plus

    • Préparez les athlètes grâce à une formation de base sur les règles de voyage (voyages en groupe, plusieurs accompagnateurs, etc.). Ce type de formation engendre rarement un apprentissage suffisant, offrez aussi aux parents des jeunes athlètes cette formation et demandez-leur de partager l'information avec leurs enfants.

    • Après cette formation, offrez des occasions de voyager en famille vers les sites de compétition. Cela permettra aux athlètes et à leurs parents de prendre l’habitude de ces voyages.

    • Si possible, remettez aux familles un itinéraire complet trois semaines avant le départ afin que les athlètes puissent anticiper le contenu du voyage.

    • Jumelez les voyageurs moins expérimentés avec des athlètes ayant plus d’expérience, mais d'un âge similaire et du même sexe. Cela permet à l'athlète inexpérimenté d’avoir une référence autre que l'entraîneur afin de l’aider à se conformer aux normes.

    • Assignez les groupes de voyage et les chambreurs (la rooming list) au moins une semaine avant le départ et permettez aux athlètes jumelés de s'entraîner ensemble afin qu'ils soient plus à l'aise.

    • Invitez les parents à rester à l'hôtel de l'équipe, dans une chambre distincte de celle de leur enfant et à voyager de façon indépendante. Cela aide les jeunes à devenir autonomes tout en permettant aux parents d’observer le niveau de bien-être de leur enfant. Pour rendre les voyages encore plus agréables, en début de saison, on peut planifier un court voyage avec coucher à une destination proche de la maison (2 à 4 heures de route).

    • Identifiez les nouveaux voyageurs afin que les accompagnateurs puissent effectuer une surveillance plus étroite auprès d’eux.
  • Les communications entre les parents et les athlètes voyageurs

    • Veillez à ce que les parents aient, en cas d'urgence, les numéros de cellulaire de tous les entraîneurs et accompagnateurs.

    • Veillez à ce que les parents aient les coordonnées de tous les hôtels et des lieux visités.

    • Les athlètes devraient avoir accès à un téléphone cellulaire afin de donner des nouvelles à leurs parents pendant le voyage, surtout lorsque les messages confirment les progrès de voyage.

    • Demandez aux parents de fournir si possible aux athlètes un téléphone cellulaire et prévoyez du temps afin que les athlètes communiquent avec leurs parents. Ayez aussi un téléphone cellulaire d’équipe pour ceux qui n’en ont pas.

    • Les parents devraient parfois pouvoir communiquer avec leur enfant en dehors du temps de communication prévu, sans toutefois perturber l’entraînement ou la compétition.

    • Un itinéraire détaillé des temps de trajet prévus (pour atteindre l'aéroport, l’hôtel, etc.), ainsi que l’horaire des entraînements et de la compétition devrait être remis aux parents. Cela leur permettra de vérifier les progrès réalisés par rapport aux attentes.

    • Un groupe de courriel ou de texto devrait être créé afin de diffuser des informations (arrivée à l'aéroport, à l’hôtel, progression du voyage, etc.) aux parents selon un horaire défini à l’avance.

    • Transmettez l’information conformément aux politiques de voyage et de communications de votre organisation. Les administrateurs peuvent diffuser la liste des groupes de voyages et des accompagnateurs. Cela permettra aux parents de savoir que les procédures sont suivies.

    • Une plate-forme pourrait être créée pour les parents (Google +, Skype, Facebook, etc.) sur les médias sociaux. Cela permettra de faire des communications vidéo et en ligne à partir de l'hôtel. Un page Facebook interne est un excellent outil puisqu’on peut y inclure des vidéos, des commentaires, des documents et des photos.