La punition corporelle

 
La punition corporelle se définit comme l’usage de la force physique de la part d’une personne en position d’autorité visant à infliger au jeune un certain degré de douleur ou de désagrément dans le but de punir ou de corriger son comportement. [5; 9]

Au cours des dernières années, l’utilisation de la punition corporelle a beaucoup diminué en raison notamment de l'évolution des moeurs envers cette pratique qui demeure malgré tout beaucoup trop banalisée, même s’il est démontré qu’elle contribue à augmenter l’agressivité physique et les problèmes de comportement, et qu'elle entraîne des conséquences négatives sur le développement de l’enfant. [8; 9; 37]

L'adulte en position d’autorité (entraîneur ou intervenant du milieu sportif par exemple) doit se conformer aux règles de l’article 43 du code criminel en ce qui a trait à la punition corporelle qui interdit tout recours à la punition corporelle auprès des jeunes qu’il encadre dans leur pratique sportive. [A; J; K]

 

 Exemples de punitions corporelles dans un milieu sportif
    • Punir en frappant avec des objets (frapper avec de l'équipement sportif)
    • Donner des gifles, des coups à la tête ou à toute autre partie du corps
    • Infliger un entraînement punitif (entraînement supplémentaire qui mène à l'épuisement ou qui rend l'athlète malade) ex.: obliger les athlètes à faire 200 pompes "push-ups" pour les punir